Coin droit

OUI AU GAZ ET AU PÉTROLE DE LA GASPÉSIE

SAINTE-ANNE-DES-MONTS — Les lecteurs et lectrices de GRAFFICI ne seront pas étonnés de lire que je suis en faveur de l'exploitation pétrolière et gazière sur notre territoire. Mon appui à cette industrie va même jusqu'au point où j'ai choisi d'intégrer des actions d'une de ces compagnies dans mon fonds de pension personnel. Je crois que l'extraction du pétrole et du gaz est possible et doit se réaliser, pourvu que les opérations soient accomplies selon les normes, que les compagnies le fassent idéalement sans argent public et que des dividendes raisonnables soient versés à l'État.

C'est en grande partie grâce aux énergies fossiles que nos conditions de vie se sont améliorées au cours des deux derniers siècles. Je ne vois donc vraiment pas en quoi je devrais me sentir coupable de croire au développement industriel, qui peut très bien s'accomplir en harmonie avec l'environnement.

Les militants écolos maudissent les impacts de notre civilisation sur la nature, clamant que nous sommes en train de la détruire et que nous en sommes même, rendus à un point où notre survie comme espèce est en jeu. Est-ce vraiment le cas? Devons-nous céder à leurs demandes d'un mode de vie plus simple?

J'ai envie de comparer la vie d'un Gaspésien de 2015 à celle d'un de ses ancêtres qui vivait avant la révolution industrielle, disons en 1815, il y a donc 200 ans.

Le Gaspésien de 2015 vit dans une maison bien isolée pour l'hiver où le chauffage ne manque pas, avec de la nourriture provenant de partout dans le monde en abondance, à longueur d'année, grâce à la mécanisation de l'agriculture, les fertilisants, les insecticides, et les moyens de transport pour acheminer celle-ci. Il peut boire une eau qui ne met pas sa santé en danger grâce aux aqueducs, et les eaux usées sont évacuées par les égouts, pendant que les déchets sont régulièrement ramassés par des compagnies spécialisées. S'il est malade, il peut compter sur un système de santé utilisant de nombreux dérivés d'énergies fossiles pour le remettre sur pied. Ce Gaspésien a aussi accès à de multiples loisirs et peut vivre vieux et en santé, dans un confort plus grand que celui de millions d'êtres humains du monde actuel.

La vie de l'ancêtre de 1815 ressemblait à quoi? Celui-ci vivait dans une maison mal chauffée, où la boucane de cheminée rendait l'air vicié. Son environnement était sale, à cause de l'absence de moyens sanitaires modernes : pas de douche, pas de bain, pas de toilette, pas d’égout. Les animaux qui vivaient à proximité souillaient le sol de leurs déjections qui allaient le plus souvent contaminer l'eau de la source où toute la famille s’abreuvait. Une mauvaise récolte signifiait la famine en hiver, et que dire de nombreuses maladies et d'autres facteurs qui réduisaient l’espérance de vie?

Le bond en avant que nous avons vécu depuis l'époque de notre ancêtre a été rendu possible notamment grâce au pétrole. Ce Gaspésien préindustriel serait HEUREUX de vivre en Gaspésie en 2015 et aussi probablement heureux d'apprendre que cette richesse qui a permis un grand bon en avant pour notre civilisation est aussi disponible sous ses pieds.

Le plus grand problème auquel nous faisons face relativement au développement pétrolier et gazier en Gaspésie n'est pas selon moi lié à l'exploitation en tant que telle, mais plutôt à toute la désinformation qui a cours, autant de la part des médias que des groupes qui s'opposent au pétrole.

Les médias couvrent-ils objectivement le dossier du pétrole en Gaspésie? Je n'en suis pas convaincu. En décembre dernier par exemple, Radio-Canada parlait d'une centaine de militants contre les hydrocarbures marchant dans les rues de Gaspé et d'une quarantaine bloquant l'accès au puits Haldimand 4. De bonne source, et de toute façon on n'a qu'à regarder les images et les photos, en réalité une quarantaine de personnes ont marché et une dizaine occupait le campement, dont plusieurs étaient des habitants des grands centres (pas des gaspésiens) venus spécifiquement pour manifester.

À propos de ce que pense réellement la population du sujet, Pétrolia a mandaté la firme Léger marketing pour réaliser un sondage. Les résultats révèlent que 69 % des personnes interrogées sont POUR que l'on aille de l'avant dans ce projet. Le sondage a été réalisé du 13 au 20 novembre 2014 dernier, auprès de 500 citoyens de Gaspé. La marge d’erreur est de +/- 4,4 %, 19 fois sur 20. Je vous invite à lire l'article de Nelson Sergerie portant sur le sujet, qui a été publié en février dans le Journal de Montréal, vous obtiendrez aussi plus de détails.

Les manifestants contre l'exploitation des ressources naturelles du sous-sol gaspésien comme ces jeunes de l'ASSÉ qui annonçaient le printemps dernier leur intention de venir militer chez nous durant la période estivale souffrent selon moi d'un grand mal appelé « ingratitude ». Il est aisé de gueuler contre les grandes compagnies, confortablement assis dans un café branché montréalais, en pitonnant sur un téléphone intelligent tout en rêvant de gagner un salaire dans les six chiffres à travailler dans une ferme bio, après avoir obtenu un diplôme dans un domaine aux débouchés douteux.

Or, ces opposants, qui criaient aussi contre le « 1 % » il y a quelques années, devraient aussi à mon avis réaliser annuellement un « stage » représentant 1 % de l'année, grosso modo trois jours, de l'âge de 12 ans jusqu'à la fin de leurs études. Trois journées passées en forêt, dans une cabane, ne disposant d'aucune technologie moderne dérivée du pétrole. Ces jeunes auraient le choix de demeurer dans le froid et d'avoir faim durant 72 heures, ou bien ils pourraient couper du bois pour alimenter le poêle et peut-être tuer du gibier pour se nourrir. J'ai la drôle d'impression que leur perception de la question changerait!

Le temps est venu de cesser de chercher à sauver la planète des humains et plutôt nous consacrer à trouver des moyens pour améliorer la planète pour ceux-ci, l'exploitation du pétrole et du gaz en territoire gaspésien va dans ce sens. C'est pour cela que je dis « OUI » sur la question.

-30-

NOTE SUR L'AUTEUR
Paul André, dit P.A Beaulieu, est né et habite à Sainte-Anne-des-Monts. Il a enseigné pendant une dizaine d’années aux niveaux primaire et secondaire au Québec et à Terre-Neuve. Il a aussi été animateur de radio en Haute-Gaspésie il y a quelques années. Il travaille actuellement dans le secteur privé et aime engendrer des débats dans ses temps libres. Chaque mois, comme représentant de l’idéologie de droite, P.A. Beaulieu s’oppose à Pascal Alain qui incarne pour sa part la pensée de la gauche, dans l’arène politique du GRAFFICI.CA.

NOTE DE LA RÉDACTION
Les blogueurs sur GRAFFICI.CA ne sont pas à l'emploi de l'entreprise. Ils ont tous accepté de s'engager, bénévolement, pour apporter une diversité de point de vue dans notre média et les opinions véhiculées dans ces textes n'engagent que leur signataire. Il en va de même pour les lettres ouvertes.




5 commentaires
Relojes Imitacion a écrit le 24 février 2019

l'approche conservatrice n'est pas de faire amende honorable en qualité de ministre, mais plutôt de jeter le blâme sur ses subalternes ou encore de pointer un doigt accusateur vers ses plus fervents critiques.

Philippe Garon a écrit le 5 juillet 2015

Il est possible de visionner le documentaire "L'or du golfe" sur Tou.tv à l'adresse suivante: http://ici.tou.tv/l-or-du-golfe À voir absolument pour bien réfléchir et discuter à propos de l'exploration et de l'exploitation des hydrocarbures chez nous.

Bob Eichenbeger a écrit le 3 juillet 2015

EN DÉFENSE DE LA DROITE. Il me semble que les arguments de la droite vont dans le sens de la LIBRE-ENTREPRISE. Donc, on a tous les mêmes droits, et on a la RESPONSABILITÉ de gagner nos vies en travaillant honnêtement, en étant productifs et utiles. L'entrepreneuriat honnête et responsble est une valeur de droite. Le crime organisé et les tricheries ne sont pas, à ce que je sache, des valeurs de droite. La droite favorise la famille et non la prostitution. Le résultat c'est qu'une attitude de soumission inconditionnelle envers des industries subventionnées (BS corporatiste) un système de corruption et de collusion(enveloppes brunes, lobbyistes, fausse publicité...) et de crime organisé (Monsanto, Shell, assassinats, pauvreté, prostitution, négligence criminelle dans les pays appauvris...) ne sont pas des valeurs de droite, se sont des valeurs de larbins. Les vraies valeurs de droite ont leur place. Il ne faut pas les confondre avec n'importe quoi.

Dominic Lemyre a écrit le 2 juillet 2015

Ton ancêtre de 1815 te dirait peut-être: "T'as toute cette facilité de vie pis t'en veux encore plus? T'es pas capable de vivre plus en concordance avec la nature? Je constate la faible diversité et la petitesse des arbres dans la forêt, il y a vraiment beaucoup moins de poissons dans l'eau, vous n'avez plus cette diversité de légumes qu'on faisait pousser un peu partout, vous n'êtes plus capable de faire le 3/4 de ce qu'on faisait avant ... le pétrole vous as-tu rendu niais à ce point là?"

Nicolas Audet a écrit le 2 juillet 2015

Je suis plutôt contre l'exploitation du pétrole en Gaspésie, mais je suis surtout contre votre texte: les arguments sont soit douteux, soit qu'ils passent à côté de la cible, soit remplis de préjugés défavorables envers les militants écologistes. Vous auriez intérêt à étoffer votre argumentaire(et à rester sur le sujet): vous auriez pu parler des retombées économiques locales, des emplois et du contexte économique en Gaspésie, de l'importation du pétrole au Québec, de la possibilité de développer de la main d'oeuvre spécialisée, mais non, vous en profitez pour dénigrez les militants écolos... Vous devriez lire plus souvent Alain Dubuc et André Pratte, des chroniqueurs de droite qui ne sombrent pas(trop) dans le populisme. -

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.