Affaires de passion

EXPLORAMER, AQUAMER, MÊME COMBAT?

Par Danny Marquis, blogueur, graffici.ca
Entrepreneur gourmand natif de Matane, Dany Marquis tente de conquérir la planète à partir de Carleton-sur-Mer. Il blogue pour vous, chaque mois, sur GRAFFICI.CA.

Entrepreneur gourmand natif de Matane, Dany Marquis tente de conquérir la planète à partir de Carleton-sur-Mer. Il blogue pour vous, chaque mois, sur GRAFFICI.CA. Photo : Magali Deslauriers

CARLETON-SUR-MER, 10 novembre 2015 — Début octobre, le président du CA d’Exploramer annonçait une lugubre nouvelle, le milieu reçut un électrochoc. Le discours me semblait redondant et maladroit, tentant d’obtenir du financement par la menace au lieu de la saine gestion et d’une performance adéquate.

C’est un musée me direz-vous, avec un volet éducatif et scientifique et qu’il y a d’autres institutions ailleurs qui ont des entrées de fonds récurrentes pour les garder en vie.  
Soit, le point se discute et le ministre a clairement demandé une analyse et un plan de relance. Il a plutôt reçu une lettre annonçant la fermeture définitive. Difficile d’y voir clair.  
Une chose est certaine cependant, on doit conserver nos acquis et se battre férocement. Si un gouvernement nous parachute un musée dans le milieu pour faire du développement et s’attend à ce qu’on le rentabilise, c’est un cadeau empoisonné. Ça ne fait pas de profit une organisation comme celle-là. Tu vises l’équilibre, un peu de surplus pour le développement et voilà.  
De plus, je ne peux qu’être en admiration devant le travail accompli par la communauté de Ste-Anne-des-Monts pour conserver Exploramer. Les phrases du genre : « Vingt-six personnes, c'est comme si 2000 personnes perdaient leur emploi à Québec. La région recule de 20 ans », prononcées par M. Gilles Thériault furent reprises par les médias et ont marqué la population. Mme Micheline Pelletier, maire de Ste-Anne-des-Monts, a pris clairement position et le ministre Jean D’Amour a été forcé de se positionner à son tour. J’aime ça! Et je souhaite que cette aventure continue.
De l’autre côté de la péninsule, à Carleton-sur-Mer, il y a eu une autre fermeture. Une belle entreprise, à saveur maritime, qui a fait rayonner la ville durant de nombreuses années. Aquamer. Environ 30 emplois ont été perdus, presque le même nombre qu’Exploramer. Et comme Exploramer, Aquamer participait au dynamisme économique du coin. Les clients de la thalassothérapie représentaient une clientèle souvent aisée qui se plaisait à dépenser dans nos commerces locaux.  
Contrairement à Exploramer, Aquamer était rentable et suffisait à ses besoins, sans ponction de fonds publics. Au même titre que le CA d’Exploramer a jeté la serviette, les propriétaires d’Aquamer, ont tiré leur révérence vers une retraite tardive très méritée.  
On peut reprocher plusieurs choses aux deux organisations. Gérer une entreprise est du sport extrême, qu’elle soit publique, privée, à but lucratif ou non. Même combat. On doit tenter de tirer le meilleur du jeu que l’on a en main.
Et autant, je suis ravi de voir la bagarre pour conserver Exploramer, autant je suis demeuré perplexe devant le silence de la communauté devant la fermeture d’Aquamer. Les médias l’ont annoncée, et ce fut probablement le seul bruit entendu. Pourquoi?
Même nombre d’emplois, mission orientée vers la mer, création de dynamisme économique, apport de revenus neufs de l’extérieur.  
Pas un mot de la communauté, pas un mot du maire. Aquamer ferme. Ah? Bon.  
Oui, mais c’est une entreprise privée m'a-t-on dit. Ça change quoi? Les retombées pour la communauté sont les mêmes, mais quand c’est généré par une entreprise privée la perte n’est pas grave?
Tout ça pour dire que le silence de mort qui règne depuis la fermeture de l’Aquamer dans la Baie-des-Chaleurs met en exergue l’attention disproportionnée qu’on accorde aux organismes à but non lucratif. Ils ont une place très importante dans l’économie, il n’y a pas de doute. Mais qu’on laisse des entreprises privées fermer sans rien tenter me stupéfie.
Aquamer a eu son lot de financement public dans le passé. Plusieurs subventions ont accompagné son développement. Y’a un peu de nous autres là-dedans.  
Est-ce que Ste-Anne-des-Monts peut se passer d’Exploramer?   Non.
Est-ce que Carleton-sur-Mer peut se passer d’Aquamer? Non.  
La vie continue, on peut faire avec, mais on perd des actifs collectifs symboliques.
On rue dans les brancards pour sauver des organismes à but non lucratif et on laisse mourir de belles entreprises. L’entrepreneur honteux d’être dans une situation financière précaire ou de vivre l’absence de relève finit par disparaître sans faire de bruit.
« À mort les vilaines entreprises privées! »  
« Sauvons les organismes à but non lucratif! »
Je caricature un peu, mais jetez un œil à l’actualité régionale et vous pourrez faire votre opinion sur le sujet.
En attendant, je vous suggère d’être solidaire avec une belle entreprise, qui vit des difficultés financières et qu’il serait catastrophique de perdre : la Ferme Bourdages. C’est une entreprise à but lucratif, un phare pour l’industrie agroalimentaire gaspésienne. Une des rares entreprises à faire de la deuxième transformation à partir de ses propres cultures. On ne fera pas de manifestation, et personne ne va appeler le ministre pour menacer de fermer. Mais si on met sur notre table leurs produits, ne serait-ce qu’une fois par semaine, on va leur donner un sacré coup de pouce. Ce n’est pas de la charité, car leurs produits sont de bonne qualité : pâté, tarte, confiture et leur gamme d’alcool est à découvrir.
La consommation locale sera toujours plus forte pour l’économie que les subventions du gouvernement.  
Donc, sauvons Exploramer, sauvons la Ferme Bourdages, et pour ce qui est d’Aquamer, je n’en ai aucune idée. N’empêche que ça ferait une belle usine de chocolat ;-)

-30-

NOTE SUR L’AUTEUR
Dany Marquis se considère comme un entrepreneur gourmand. Natif de Matane, il tente de conquérir la planète à partir de Carleton-sur-Mer. Il est fondateur et propriétaire de la Brûlerie du Quai et de Chaleur B chocolat, deux entreprises ayant pignon sur rue à Carleton-sur-Mer et également présentes sur le Web. Père de 4 enfants, il est convaincu qu’élever des enfants au bord de la mer est une richesse extraordinaire. Amoureux de moto, d’arts martiaux et de littérature, il tentera de vous donner chaque mois, sur GRAFFICI.CA, la piqûre de l’entrepreneuriat. Car, pour lui, se lancer en affaire est une aventure passionnante à la portée de tous.

6 commentaires

Dany Marquis a écrit le 11 novembre 2015

Bonjour, afin de faire d'échanger et de réagir sur le sujet. Je vous invite à venir discuter sur la page facebook du Graffici, et sur la publication de ce texte. Voici l'adresse: https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=10153754329457533&id=278003087532

Caroline Pelletier a écrit le 11 novembre 2015

Monsieur Marquis, Je comprends que vous soyez déçu de la population de Carleton. À Sainte-Anne-des-Monts, c'est les commerçants, qui ont pris l'initiative de se mobiliser pour "sauver" Exploramer. Or, si je ne m'abuse VOUS êtes un commerçant alors qu'attendez-vous pour mobiliser vos amis-entrepreneurs pour sauver Aquamer ?? En fait, vous attendez que les autres le fassent pour vous ? Alors vous n'êtes pas mieux que les gens que vous accusez de laxisme dans votre blogue... Et pour ce qui est de la ressemblance entre Exploramer et Aquamer, elle ne réside que dans les trois dernières lettres du nom. De toute évidence, vous ne savez pas de quoi vous parlez et vous ne connaissez pas ces entreprises... Un vrai journaliste aurait vérifié ses propos avant de publier un tas de mauvaises informations. Dommage que "radio-poubelle" soit rendu chez nous aussi... Graffici, en êtes-vous vraiment rendu là ? Moi, ce que je veux c'est de l'information, pas de ce genre de texte... Désolée, i'm out !

Gilles Theriault a écrit le 11 novembre 2015

Mon bien cher monsieur Marquis, Je viens de lire votre texte et je vois que manifestement vous ne connaissez pas le dossier Exploramer. Il aurait probablement été plus prudent pour vous de vous renseigner convenablement sur les raisons qui ont forcé le conseil d'administration d'Exploramer à annoncer la fermeture de cette institution museale.Ce qui fut maladroit et redondant dans ce dossier furent les promesses maintes fois répétés et toujours non tenues du ministre. Pour votre information, le consultant indépendant mandaté par le Gouvernement pour produire un diagnostic sur Exploramer a conclu qu'Exploramer était une des institutions museales qui préformait le mieux au Quebec. De plus il mentionnait également qu'elle était bien gérée . Je ne commenterai pas les deux autres dossiers dont vous parlez dans votre texte puisque je ne les connais pas et qu'il serait hasardeux pour moi de le faire. Cependant une chose me semble certaine , c'est que notre région a bien besoin d'entreprises comme celles que vous mentionnez . D'ailleurs il est de notre intérêt et de notre devoir de les encourager et c'est ce que je fais moi-même . Quand je suis dans la Baie des Chaleurs , je prends régulièrement le temps de me rendre à votre commerce pour y acheter votre excellent café. Peut-être serait-il intéressant que je puisse vous y rencontrer afin de vous mettre à jour dans le dossier Exploramer !

Maxim Chartrand a écrit le 10 novembre 2015

Point de vue très intéressant qui porte à réflexion. Merci Dany Marquis.

suzanne a écrit le 10 novembre 2015

Moi je suis une de ses filles qui était de la fabuleuse équipe de aqua mer, gaspésienne de souche,j avais quitter la région depuis plusieurs années et j'étais de retour dans la région (Nouvelle ) avec mes enfants grâce à aqua mer,mais malheureusement avec la fermeture j ai quitter de nouveau la région qui me manque énormément ! Cette belle aventure avec aqua mer ma laisser l envie d ouvrir à mon tour un petit commerce du même type qu aqua mer,mais il y as un hic ! Ce sera jamais pareil, sans la mer,sans la baie des chaleurs,sans mes collègues Gaspésiennes. Gaspésie je t'aime et tu me manque

Jean-Francois Samuel a écrit le 10 novembre 2015

C'est rafraichissant de lire un texte comme ca sur le site Graffici.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.